JOUER AU LIEU DE REUSSIR

Les artistes qui ont tant « réussi.es » et qui perdent leur inspiration pour une prochaine exposition, qui sont en « creative block », qui entrent dans des cercles vicieux d’angoisse, de peur de ne plus jamais goûter à nouveau aux délicieux applaudissements… 

Les entreprises qui « fouettent » leurs salariés pour développer sans cesses de nouvelles innovations ou de nouvelles gammes, pour ne pas prendre du retard sur leurs concurrents…

Ils.elles souffrent d’une faute de priorité.

Ils.elles cherchent à créer pour être désiré.es et non à retrouver leur centre, et créer quand le besoin et l’inspiration se croisent, lorsqu’un jeu qui nous est propre prend forme et nous stimule naturellement à agir.

Le but n’est pas de produire une exposition ou une nouvelle marque. Ce sont d’éventuelles suites logiques. On partage avec les autres lorsqu’on a des choses à montrer, lorsqu’on veut leurs feedbacks ou qu’ils.elles entrent dans la danse.

Le but est de vivre le jeu et de le vivre pleinement, en y mettant toute notre curiosité, notre âme, ce qu’on a de meilleur en nous, de plus vibrant, de plus ambitieux. Et d’apprécier le calme et le silence, ces transitions utiles de digestion, de connexions et de tri, entre deux phases actives, ces phases qui nous permettent d’éviter le gâchis et les conflits (avec soi/les autres).

Le résultat en sera bien meilleur que lorsqu’on poursuit une carotte faite de peur ou de pots de vin. Pourtant, c’est à cette orientation que nos cerveaux ont été programmés par notre éducation.

Nous pouvons désormais effectuer nos propres changements de mentalités, nos propres mises à jour neuronales et comportementales. 

 

Définir nos critères de création

Il y a une différence clé entre témoigner de son appréciation, et complimenter quelqu’un. Souvent, on s’enthousiasme devant la réussite des enfants à réaliser une tache. C’est leur donner de l’attention, de l’amour, partager leur joie, mais c’est aussi risquer de les influencer vers une voie qui n’était peut-être qu’une phase d’exploration.

Les enfants, comme les adultes, expérimentent, goutent, évaluent et apprennent en continu. Nos sociétés ont longtemps cru bon de faire évoluer une personne vers un intitulé de poste. « Que deviendras-tu quand tu seras grand ? Avocat, médecin, journaliste ? ». Enfant, on se dit donc qu’il faut choisir une activité parmi tous les choix possibles. Et puis très vite on nous demande : « Tu as eu combien à ta dictée ? ». Seconde déduction : il faut donc être jugé « bon » par les autres.

Alors lorsqu’on nous félicite de faire quelque chose, on peut inconsciemment se dire « autant apprendre à aimer faire ceci puisque je semble y être pas trop mauvais et en plus, cela m’attire l’amour des autres ». Et le.la voilà coupé.e de son instinct créatif, de ses potentiels coups de coeurs à poursuivre pour épanouir ses potentiels talents, vivre au sein de son élément.

Un enfant fait un dessin. On s’extasie devant ses qualités d’artiste et on en parle à tous nos voisins. Il était peut-être davantage attiré par le mouvement, la danse, les chorégraphies, mais aussi les aliments, la nature, la cuisine. Il a donné toute son attention à réussir à l’école et à viser une carrière d’artiste, parce que ce sont des étiquettes valorisantes. Ou l’inverse. On  l’a poussé à exposer ses aptitudes en math et jamais encouragé à poursuivre ses intérêts en sport ou en art… Tous les scénarios existent, selon les profils des foyers.

Notre économie actuelle est fortement influencée par les deux indicateurs clés de « réussite sociale » : la reconnaissance et la rémunération.

Les patrons ou les clients attendent bien entendu les preuves de notre performance. Pourtant, la meilleure qualité de production ne peut provenir que d’une concentration intrinsèque et naturelle. Lorsque je suis absolument intéressée par ce que je fais, que je le trouve passionnant, agréable, utile, c’est alors que mon esprit ne sera nulle part ailleurs que dans ce que je fais. C’est être en amour d’après le formule du neuro-scientifique Idriss Aberkane : temps x attention = amour.

Dautres parleront d’être en flow oudans la zone. C’est là que la magie opère.

Mes neurones, ma mémoire, mon apprentissage, ma réflexion fonctionneront à leur plein potentiel. Je serai autonome, à la poursuite d’atteindre un objectif qui a du sens à mes yeux. Produire ce que je juge être de la qualité sera mon jeu-même, et sera guidé par mon objectif. L’acte-même me nourrissant, les compliments et rémunérations ne sauront m’influencer, me rendre « dépendant ». Au lieu, par exemple, de créer un produit qui va se vendre et chercher à comprendre ce qui séduit, je vais chercher à créer ce qui n’existe pas et pourtant mérite de voir le jour selon des critères.

Définir, affiner et enrichir nos critères personnels (et/ou collectifs) : la voici notre voie !

==> En analysant les points en commun entre tout ce que nous jugeons agréable et utile autour de nous, à travers nos expériences de vie, nous trouvons nos critères, ce qui donen vie à notre identité évolutive. Voilà qui nous sommes, ce que nous poursuivons, ce que nous souhaitons explorer, soutenir, développer, créer. Une personne qui sait être émotionnellement indifférente aux critiques, et n’en garder que ce qu’il y a de constructif sait ce qu’elle vise à réaliser et pourquoi. Elle sait donc poser ses propres objectifs, être autonome, confiante tout en écoutant les autres et en collaborant lorsqu’une complémentarité est possible, lorsque des valeurs et une vision sont partagées.

Vous aussi, poursuivez votre jeu. Ne créez pas pour être aimé ou pour survivre. Vivez la création que vous aimez. Vos talents évoluerons, vous ferez les meilleures rencontres de votre vie, vous serez libérés de votre ego et trouverez du sens, ce qui apaisera votre quotidien et votre esprit. L’abondance est attirée par l’amour, le flow, l’évidence pour laquelle vous êtes fait.es.

Pour vous libérer de votre ego, du regard des autres, de vos peurs et mieux explorer vos amours, votre pouvoir créatif et votre jeu, rencontrons-nous.

 

Nesem Ertan

Coach certifiée RNCP

Facilitatrice Design & Creative Process @ www.worlds.studio

nesem@worlds.studio / 06.77.27.16.24

 

Photo by rawpixel.com from Pexels

Laisser un commentaire